Vers de -Hips- Ter !

art-hipster-620x349
J’ai posté une photo récemment avec une barbe de trois jours (vous savez cette barbe née un matin d’une flemme de prendre le rasoir et remettre ça à demain). Et j’ai été choqué de lire en commentaire : « Hey le hipster ! ». Et là c’est le drame !
Pourquoi ? Comment ? D’où ? Si vous ne savez pas ce qu’est un Hipster, je vais essayer, avec mes mots et ma langue (ne vous attendez pas à du Molière) de vous expliquer ce phénomène.
Avant, il y a eu les hippies, le disco, le punk, le style skateur, le style streetwear, désormais il faut compter avec le hipster. Les modes jalonnent les générations.
Mais penchons-nous sur cette mode 2013-2014, et décortiquons ensemble ce qu’est un « Hipster ». Peut-être que vous en connaissez et si non, comment les démasquer !
Le plus flagrant reste leur look : Bonnet vissé sur la tête en hiver comme en été, lunettes de vue aussi large qu’un pare-brise (ne vous inquiétez pas ceux qui ont 10 à chaque œil, une fausse paire achetée 5€ suffira), avec une moustache (qui lui donnera l’air de sortir tout droit d’un porno des années 70) et/ou une barbe, qui lui donnera l’air d’avoir un brin de savoir lorsqu’il parle en même temps qu’il la tripote (sa barbe ! N’ayez pas l’esprit tordu enfin!). Tatouages un peu partout, des citations en anglais, en chinois ou en hébreux pour les plus inventifs.
Niveau tenue, le hipster dévalise les chemises et les polos à carreaux ou à motif animal, et n’oublie pas de fermer tous les boutons jusqu’au cou ! Petite folie estivale, le t-shirt col en V décolleté jusqu’au nombril avec le tapis de poils apparent en guise de virilité ! Un slim ou un short ras le paquet pour accompagner, avec un énorme ourlet laissant apparaitre leurs pieds aussi fins que des cures dents chaussés dans une paire de basket trouée ou alors une paire de mocassins sans chaussettes of course !
500px-ClochardhipsterLe hipster proclame haut et fort dénicher toute sa garde-robe dans des friperies ou dans des vides-greniers, ou encore dans les vieux cartons de Mamie. Sauf qu’en réalité, il court s’approvisionner en vêtement chez H&M, Zara, American Apparel ou encore The Kooples, marques dont le t-shirt de base coûte la moitié du salaire d’un serveur au Macdo. Profondément atterré par la société (par Babylone !) mais se comportant comme le dernier des consommateurs compulsifs appartenant à la masse capitaliste, on ne peut qu’être en admiration devant un être si complexe.
Avec un look négligé mais si travaillé, le hipster aime se montrer, il ne vit que pour le regard des autres, que ce soit dans la rue ou sur les réseaux sociaux. Il veut se faire remarquer.
Le hipster a une vie palpitante : voilà pourquoi il souhaite immortaliser chacun de ses moments. N’importe quelle situation est propice à un cliché, que ce soit un autoportrait, une soirée entre amis, une exposition d’art contemporain; mais pas n’importe comment. Et oui, le hipster se prend pour un photographe professionnel dès qu’on lui met un reflex entre les mains. La photo parfaite doit d’être vintage, c’est-à-dire ressembler à une vieille photo. Le hipster utilise Instagram pour mettre un filtre sépia ou noir et blanc à ses photos, où il postera toutes ses photos d’objets inanimés avec une légende exprimant sa tristesse, sa colère, sa douleur comme un artiste incompris, un photographe de talent, ce qui reboostera son ego déjà surdimensionné.
La culture du hipster est avant tout ce qui lui permet de briller en société, et comme chacun le sait, moins on en a, plus on l’étale.
En cinéma, le hipster sera friand de réalisateurs sortis tout droit du cosmos, proposant des long métrages aussi étranges que leur patronyme : Stanley Kubrick, David Lynch. Ne lui parlez pas de Tim Burton et de Quentin Tarantino ! C’est beaucoup trop mainstream, c’est pour la populace de bas-étage.
En peinture, le hipster sera le fan inconditionnel d’un mouvement artistique que nous connaissons tous : le pop-art. Vénérant Andy Warhol, le hipster se prendra lui aussi en photo pour ressembler à Marylin Monroe en quatre exemplaires, grâce à une application sur son smartphone.
Le hipster aime écouter de la musique et il le fait savoir. Dégainant son iPod plus vite que son ombre, il n’hésitera pas à vous faire découvrir sa bibliothèque musicale. Mais, une fois de plus, souhaitant se démarquer à tout prix, elle sera presque exclusivement composée de chansons d’artistes indépendants quasiment inconnus, beaucoup trop underground. Et c’est justement pour ça que le hipster les écoute, car dès qu’ils acquièrent ne serait-ce qu’un chouïa de notoriété, ils sont bons pour la poubelle, et le hipster citera une de ses phrases fétiches : « De toute façon, je connaissais ce groupe avant qu’il soit connu » ou encore « Y’a que le premier album qui était bien, le nouveau c’est de la merde ».
En 2014, le hipster préfère les versions vinyles de ses chansons favorites, et possède chez lui un lecteur de 45 tours. Bien sûr, il passe bien plus de temps à faire le DJ sur son iPod que sur ses platines, par souci pratique bien évidemment.
Entre Nostalgie et Technologie son cœur balance !
Si le hipster avait une religion, elle aurait pour symbole une pomme et pour Dieu Steve Jobs. Il associe automatiquement l’idée d’ordinateur avec Apple, et est capable de trouver des justifications alambiquées à son amour pour cette marque, puisque peu enclin à reconnaître que son intérêt pour ces machines est uniquement basé sur l’esthétique et le fantasme véhiculé à travers la publicité.
Le hipster possède tous les produits Apple : iPod, iPad, iPhone, Mac Book Air … se mêlant à sa Game Boy Color, son appareil argentique ou son polaroid.
La vie quotidienne d’un hipster se résume à ses loisirs. Il est généralement au chômage. La société ne le comprend pas assez pour ça. Il cherche soit une ONG internationale, ou bien une cause révolutionnaire et inédite à défendre. Enfin quand je dis que le hipster ne travaille pas c’est faux … Le hipster est blogueur, ou podcasteur, youtubeur, testeur gastro, des métiers aux termes barbares travaillant sur la force des clics. Mais il gagne sa vie, enfin, Papa et Maman lui donne de l’argent tous les mois, en plus de lui payer son appart dans le Marais ou Canal Saint Martin.
Malgré ça, le hipster n’a pas une seule minute pour lui, entre ses courses à Monoprix aux rayons bio et produits du monde, les pauses autours d’un latte à 8€ au Starbucks entre hipsters pour parler de la crise et de l’écologie, ou encore les apéros dans son appartement le soir, un joint à la main en écoutant du Drake, prenant des photos macros de la fumée traversant le salon.

C’est épuisant d’être un jeune ….
C’est pour ça que le Hipster prends des vacances dès qu’il le peut (veut). Que ce soit pour un brunch le Dimanche entre amis, dans les parcs, en dégustant un rosé bien frais, ou pour un festival rock dans la campagne, à la roots, une bière et un joint à la main. Underground quoi !
Pour partir plus loin, le hipster privilégie le soleil, Le Maroc, l’Espagne ou Deauville, et d’en profiter pour faire du vélo et du skate, ses deux sports favoris…
Vous là. Oui, vous, derrière votre écran. Je vous sens légèrement tendu. Serait-ce parce que vous vous êtes reconnu dans certains points évoqués précédemment ? N’ayez pas honte de vous l’avouer, le hipster est, mais ne restera pas longtemps, jusqu’à la prochaine mode !

HIPSTER

Publicités

Les films de l’Été : Dans les yeux des Bleus !

104332Après m’être attaqué aux chansons de l’été, je me charge des films de l’été ! Et oui on ne fait pas que aller à la plage se baigner dans le grand bleu ! C’est l’occasion d’aller dans les salles obscures !
Et oui, entre Juin, Juillet et Aout, impossible de compter le nombres de films à gros budgets, vous savez, ces fameux blockbusters (Non je e parle pas du groupe de chasseurs de fantômes !) avec plus d’effets spéciaux que de scénario, d’acteurs bankable (non ils n’ont pas de problèmes pour tenir droit ! Suivez un peu le jargon du cinéma !) qu’on voit partout, et une recette totale colossale !

Je ne vais pas parler de tous les films, pas assez de temps, mais je vais vous parler du film qui m’a le plus choqué ! Traumatisé ! Non ce n’est pas World War Z (Les zombies au bruit de castagnettes m’ont plutôt fait rire) non ce n’est pas The Conjuring ! C’est …. Les Schtroumpfs 2 ! 22 V’la les Bleus !
Lire la suite

Quand je suis sérieux (Oui oui ça m’arrive !)

Melle Ellie

A l’occasion des un an du blog de Melle Ellie, une blogueuse Martiniquaise mais avant tout une amie proche, je me suis attelé à un exercice encore plus dur que de s’épiler l’entre jambes à la cire ou d’écouter ENTIÈREMENT l’album de Francky Vincent : Être sérieux le temps d’un article.
Suite à la demande de la blogueuse (Et tout le monde sait que je ne refuse rien à cette jeune femme), j’ai essayé tant bien que mal de plaider une cause à laquelle je tiens beaucoup ! La culture chez les gens !

C’est à lire sur le blog de Melle Ellie, un blog qui vaut vraiment le coup d’oeil !

Bonne lecture !

« Culture: il est temps de clore-déconne !  »
http://petitesreflexions.blog.lemonde.fr/2013/06/24/apre-bef-la/

Fast and Furious 6 : Rapidement et Furieusement à oublier !

21002578_20130430213916393Dans la vie, y’a des choses dont je suis peu fier. Comme adorer les petits pots Blédina ou encore écouter du Selena Gomez en cachette. La dernière en date reste la plus honteuse …. J’ai été voir Fast and Furious 6 au cinéma.
Après une bande annonce plutôt alléchante, qui au final résume le film, et une bande de potes motivés ! En route pour le ciné !
Alors déjà rappelez vous le calvaire d’une salle de cinéma le week end. (https://surleboutdemalangue.wordpress.com/2012/11/25/fear-factor-le-cinema-un-samedi-soir/)
C’est dans une salle remplie d’ados prépubaires sans permis qui rêve de « drifter sur l’autoroute mafia » et des baufs fans de tuning, tongs et chaussettes Marsupilami et t shirt « Je rote, je pète rien ne m’arrête » déjà passé dans Confessions Intimes « Au secours mon mari aime sa voiture plus que moi » qui reconnait un moteur les yeux fermés.
Lire la suite

Fear Factor : Le Cinéma un Samedi Soir.

Le lieu du crime !

J’ai peur de 4 choses dans la vie : Dormir dans le noir, la vieillesse, les BN à la fraise et …… La population d’un cinéma le samedi soir.
On m’a toujours dit « Ne va jamais au ciné un samedi ! JAMAIS ! ». Les gens tremblaient en me disant ça, sueurs froides, c’était du sérieux.
Mais pour des raisons professionnelles , j’ai dû m’aventurer dans ces terres hostiles du cinéma le samedi …. La suite de cet article peut heurter la sensibilité des plus fragiles.

18h30 , j’arrive et la peur m’envahit …. Pire qu’un best of de Colonel Reyel ou l’intégral des épisodes de Joséphine Ange Gardien ….. DES JEUNES !

Des jeunes jeunes quoi ! Pas les jeunes comme moi genre adulte quoi ! D’accord je suis pas un Papi prêt à obtenir la carte vermeil et une poche à uriner, mais là trop c’est trop ! La génération 13/17 ans je ne peux pas !

A peine je commence à travailler qu’un truc me choque : Le look ! Les jeunes, vous allez au cinéma ! Pas au Festival de Cannes ! J’ai vu de tout ! Talons de chez la Halles aux Chaussures, Vestes américaines (sous 37°C), Tshirts fluo, grands colliers « Swagg » « Yolo » ou encore les bagues nœuds en plastique ….. bref, je perds 2 points à chaque œil !
Ok, les jeunes s »inspirent de leurs stars et vous avez économisé 2 mois d’argents de poche (Non mes parents sont riches !) pour acheter la même veste que Kanye West, vous voulez maintenant la rentabiliser ! Mais faut savoir un truc : VOUS N’ÊTES PAS KANYE WEST ! Même avec cette veste sur le dos, vous n’attirerez pas Kim Kardashian mais plutôt Bérengère Souza.

Autre problème : Le transport ! Et oui …. Pour l’arrivée devant les potes en Hummer Limousine avec chauffeur tu repasseras, en attendant c’est Maman qui te dépose avec la Kango familiale  en sortant un « Amuse toi bien mon Loulou Chou ! ». Toi qui passait pour un Boss devant les copains, c’est mort maintenant !

Après tout ces contrastes de vision, je me met au travail, qui consiste à parler aux jeunes des Universités au Québec.
Un samedi soir ….. Faites le rapprochement entre « jeunes » et « études » ! C’est le seul soir où ils n’entendent pas « Y’a quoi à faire pour demain ? ». Okay, là c’est ma faute !

Et là …. Bêtisier de réponses, à m’en faire saigner les tympans ! « Ah oui ! J’ai toujours rêvé d’aller au Québec ! J’adore le sirop d’érable et Céline Dion ! » ou encore « Ah moi je serais bien été intéressé mais j’ai arrêté les études ! » … Oh la vache ça s’entend !

Pendant une heure et demie, bruyante remplie de « Wesh » « trop pas » « sérieux » « grave », j’ai suivi avec attention les techniques de drague des jeunes en 2012. A la façon d’un reportage animalier sur National Geographic, je vois le jeune homme, ayant revêtu sa plus belle paire de Nike Requin et dépensé le reste de la monnaie de la veste de Kanye West, dans deux places pour lui et la jeune fille en legging, coiffée de son tissage des grandes occasions !
Le garçon voit les choses en grand ! Le menu Maxi Pop Corn et grande boisson et l’effort ultime : Twilight Révélation Partie 2 !
Dépensé plus de 20€ pour un film où une jeune fille déprimée aux cheveux gras et au teint pâle, hésite entre un vampire au surplus de gel et un loup garou au short en jean trop court et trop serré qui laisse planer un doute sur ses préférences !
Pour un mec, c’est pas le film à l’affiche mais j’espère qu’il à pu « pécho » comme disent les jeunes !

C’est en parfait petit vieux que je vais éviter le samedi soir au cinéma, parce que si je veux voir un Zoo j’ai qu’à aller au Zoo de Vincennes ! Mais pour aller voir un film, je pense à la séance de 15h en pleine semaine !