Fake and Furious 8 : La course de trop ?

the-fate-of-the-furious-3158x1995-fast-8-2017-6479Hier sortait au cinéma le huitième cercle de l’Enfer de Dante, non pardon, le huitième opus de la saga « Fast and Furious », pour mon plus grand plaisir, moi grand fan de ces films, je compte même me renommer Dylan et acheter une Seat Ibiza Bleu Requin avec des jantes chromées et des néons fluos et faire du tuning le dimanche sur le parking d’Auchan. (Pour rappel, critiques de l’épisode 6 ici et l’épisode 7 ).

Premier film sans l’acteur Paul Walker, disparu lors du tournage de l’avant dernier long métrage, et la première question qu’on peut se poser est « Est ce que le film va prendre sans l’un de ses piliers ? » et la réponse est oui.
Le personnage de Walker est mentionné plusieurs fois dans le film: Brian et sa famille sont parti vivre de leur côté. Affaire close.

Mais malheureusement, à cause de l’absence de Paul Walker, le cast est gonflé par des rajouts de stars Hollywoodiennes à tout va : Charlize Theron, Jason Statham, Kurt Russell, Luke Evans, et j’en passe. Bref, une overdose de Stars, où tout le monde essaye d’avoir son moment de gloire mais où personne n’arrive à sortir du lot.
Une surenchère de film en film qui nous font nous demander « Quelle star sera recrutée dans le prochain volet ? Qui jouera le méchant cette fois-ci ? Contre qui Vin Diesel va-il se battre ? ».

3066500-poster-p-1-fate-of-the-furiousLa vraie Star du film c’est d’ailleurs lui: Vin Diesel.
Vous prenez votre cousin Joris qui regarde Auto Moto tous les Dimanches, vous rajoutez 80 kilos de muscles, vous lui rasez sa coupe mulet et BIM ! Vous obtenez Vin Diesel.
L’acteur présent depuis le premier film, il y a déjà 16 ans, est le seul à être présent dans les 8 films. Vin Diesel représente l’essence même de la saga (Diesel, l’essence …).
Pour ce film, Il se transforme en Dieu mégalo, qui prêche la bonne parole à Cuba comme un Pape de l’automobile.
Mais même pour ses biceps dopés aux stéroïdes , le poids du film est trop lourd pour lui.
Torreto, héro central du film, puis traitre en rejoignant le coté obscur des méchants, pour après revenir  chez les gentils.
Même si sur le papier l’idée de ce retournement de situation pouvait plaire, à l’image, ça ne passe pas.
Dans les précédents films, l’action ne s’arrêtait jamais et on enchainait les cascades toutes les deux minutes quand la seule ligne de dialogues était une blague misogyne, de l’humour régressif, pour satisfaire les plus bas instincts du mâle dominant.
Or, dans ce film, le réalisateur à voulu rajouter une histoire de fond, mais qui mal exploitée, reste en surface. Tout ça pour dire que rien n’est plus important que la famille bla bla bla et que la trahison c’est pas bien ….
On essaye d’humaniser un peu ces brutes épaisses et leur donner un peu de sensibilité sauf que Gégé, 46 ans fan de tuning n’est pas venu de Montrouge avec sa Fiat GT pour voir Vin Diesel lâcher une larmichette quand il rencontre son fils ! On veut de l’action ! Hormis quelques scènes remarquables, le film est lent. Le comble pour un film de course et de vitesse.

fate-and-the-furious-fast-8-images-2017-585x350La faute principalement à la grande méchante interprétée par Charlize Théron.
Habitué des changements de rôle, elle fait le smic de l’interprétation et n’offre rien de nouveau ou de spectaculaire pour ce film,  impliquée dans aucunes scènes d’action, dans aucun combat, on s’attendait à voir le tempérament de Furiosa de Mad Max et on se retrouve avec des monologues dignes de la Méchante Reine dans Blanche Neige. Charlize parle, parle beaucoup, beaucoup trop, ça en devient ennuyant. L’actrice oscarisée s’est trompé de voie sur cette route.

Dernier mot sur le cast, on retrouve bien sûr Ludacris et Tyrese Gibson, les personnages les plus drôles du film, qui savent faire rire, par leur complicité et par leurs blagues (contrairement à The Rock  et Jason Statham qui font un flop à chaque gag, qui relève de Malaise TV).

Bon passons maintenant à l’histoire, comme je vous ai dis ce film se veut plus profond, plus  réfléchi. Première image du film ? Une bagnole qui fait du bruit et une fille en mini short …. Autant pour moi le film garde son image ringarde et beauf.
D’ailleurs, point mode et point météo, à Cuba TOUTES les filles sans exceptions sont mannequins et en mini short, il doit vraiment faire chaud à la Havane.
Revenons d’ailleurs sur cette scène d’ouverture où le film dérape déjà entre le stupide l’irréel.
nintchdbpict000315897044Alors que Vin « Dieu »sel provoque en duel le mafieux du quartier, Vin se la  joue Mac Gyver Cubain en rafistolant une vieille voiture bonne pour la casse, en bolide a l’aide d’une capsule de canette de Coca. Et ce n’est pas tout ! Alors que mes yeux ont déjà fait deux tours en l’air,  la voiture de notre héro prends feu (le moteur surchauffe, même moi qui n’a pas mon permis je m’en serai douté … ) mais il en faut plus pour arrêter Torreto qui continue la course malgré les flammes qui transpercent le pare brise ! Un héro à l’épreuve de tout même du feu ! Il doit avoir une mutuelle de fou !

maxresdefaultLa seconde scène « Ouat Ze Fuque » se déroule à New York où la méchante prends sous son contrôle plus de 1000 voitures pour en faire une horde de voiture zombies roulant seules sans chauffeur, quand Fast and Furious devient The Walking Dead ça donne ça. Cette scène se termine avec le clou du spectacle : une pluie de bagnole (It’s raining cars Hallelujah ! IIt’s raining cars !). J’ose même pas imaginer le boulot pour Carglass à la fin du tournage.

nintchdbpict000315896901Et comme toujours, c’est une habitude maintenant avec Fast and Furious, on fini le film avec la scène finale qui fout un coup de pied au cul à tous les physiciens !
Après la piste d’attérisage de 8000km environ (j’arrondis) et la voiture qui traverse les buildings, on a quoi au menu cette fois ci ? LA BANQUISE ! (Facepalm)
Nous avons le droit à une course de voitures, contre un sous marin ! OUI UN PUTAIN DE SOUS MARIN SUR LA BANQUISE ! Y’a des explosions, des cascades, des voitures qui coulent, d’autres non, Tyrese Gibson dans l’eau à moins 30 mais qui n’a pas froid, la fin du film est à l’image de cette scène, complètement givrée !

En soit, un blockbuster qui va ravir les fans de la première heure mais qui, je ne pense pas, ne va pas dépasser le succès du septième opus.
La  saga ne s’arrête pas pour autant puisque qu’un numéro 9 et un numéro 10 est déjà prévu !
Universal Studios tient son équipe de super-héros.
Une saga « plaisir couplable »,terme cynique derrière lequel le cinéphile masculin se cache pour dissimuler son désir de régression et d’abrutissement.

the-fate-of-the-furious-fast-furious-8-4k-wallpaper-7434

Publicités